Jainworld
Jain World
Sub-Categories of LE NIYAMASĀRA
L’ÂME (Jiva)  
  CE QUI N’A PAS D’ÂME (Ajiva)
  L’ACTIVITÉ DE LA PENSÉE PURE ( Shuddha Bhava)
 

LA CONDUITE JUSTE PRATIQUE (Vyavahara Charitra)

  LE REPENTIR  (Pratikramana)
  LE RENONCEMENT  ( Pratyaichyana)
  LA CONFESSION   (Alochana)
 

L’EXPIATION  (Prayashchitta)

  L’ÉQUANIMITÉ  SUPRÊME  (Parama Samadhi)
  LA DÉVOTION SUPRÊME  (Parama  Bhakti)
  L’INDÉPENDANCE  RÉELLE (Nishchaya Avashyaka)
  LA CONSCIENCE PURE  ( Shudda Upayoga)

LE NIYAMASĀRA                           

 CHAPITRE XI  L’INDÉPENDANCE  RÉELLE (Nishchaya Avashyaka)

 

41.  Celui, qui ne dépend pas des autres, est dit réaliser une action indépendante. Cette action est capable de détruire les karmas, aussi a t’elle été décrite comme la voie de la libération.

42.  Celui, qui ne dépend pas des autres, est  appelé « indépendant » (avasha). L’action d’un avasha doit être connue comme étant une action indépendante (avashyaka). C’est la raison, la voie et l’idéal i.e. la libération des corps matériels. C’est la dérivée  (nirukti) du mot avashyaka.

43.  Un saint, qui s’engage dans de mauvaises activités de sa pensée, et qui dépend d’autres objets, ne possède pas, par conséquent, le trait distinctif de l’action indépendante.

44.  Un saint, qui s’engage dans de bonnes activités de sa pensée, dépend aussi d’autres objets et, par conséquent, son action non plus ne possède pas le trait de l’indépendance.

45.  Même celui, qui médite sur les qualités et les modifications des substances, n’est pas indépendant, comme cela a été dit par les saints qui sont libérés de l’obscurité de l’illusion.

46.  Celui, qui ayant abandonné les activités étrangères de la pensée,  réalise que son âme est pleine de qualités pures, dépend seul de lui-même. Son action seulement est dite une action indépendante.

47.  Si vous voulez l’indépendance, fixez fermement vos activités de la pensée sur la réalisation  de la nature de votre propre soi. C’est seulement ainsi que la qualité (samayika) peut être pleinement développée dans une âme.

48.  Un saint, qui est dénué d’indépendance, se relâche dans la conduite juste. Par conséquent, on doit atteindre l’indépendance comme il faut, tel que dit avant.

49.  Un saint, occupé à des actions indépendantes, est appelé « une âme interne » (antaratma),  alors que celui  qui est sans action indépendante est connu comme « une âme externe » (bahiratma).

50.  Celui, qui s’emploie seulement à dire ou à murmurer des mots, est appelé l’âme externe (bahiratma), mais celui, qui ne se limite pas uniquement à dire des mots, est appelé l’âme interne (antaratma).

51.  Celui, qui est absorbé dans les concentrations vertueuses et pures, est l’ antaratma, tandis qu’un saint dénué d’une telle concentration doit être appelé le bahiratma.

52.  Seul le saint, qui suivant la vraie conduite juste, s’occupe de ses devoirs essentiels, tels que le réel repentir, etc. reste ferme dans l’observance de la conduite sans passion (vitaraga charitra).

53.  Faire le repentir par de simples mots, pratiquer le renoncement et observer les vœux seulement par la récitation et faire la confession seulement par la parole, tout cela doit être connu comme inclus dans l’étude des écritures (swadhyaya).

54.  Si vous avez la capacité de pratiquer le repentir, etc. sous la forme de la concentration de soi, alors pratiquez-la ainsi ; et si vous n’êtes pas capable de le faire, alors vous devez au moins avoir une foi ferme en cela.

55.  Ayant bien examiné le pratikramana, etc. suivant les  écritures exposées par le Jina et ayant gardé le silence, un yogi doit toujours voir que son objectif est atteint.

56.  Il y a différentes sortes d’âmes dans le monde, les asservissements karmiques sont de multiples variétés et les acquisitions de connaissance (labdhis) etc. sont de différentes sortes. Par conséquent, on doit éviter d’entrer dans  de simples controverses verbales avec ses coreligionnaires ou avec eux qui professent une autre foi.

57.  De même qu’une personne, qui met la main sur quelque trésor, jouit de ses fruits dans son propre lieu natal ; de même un bon connaisseur, qui abandonne les groupes d’objets étrangers, jouit du trésor de la connaissance de soi.

58.  Tous les anciens grands hommes, en ayant pratiqué l’action indépendante (avashyaka) et ayant franchi les étapes spirituelles de vœu parfait (apramatta vrata), etc. sont devenus Omniscients.