Jainworld
Jain World
Sub-Categories of Societies and Centers
  CHAPITRE 1 LES DOCTRINES
1. Les doctrines philosophiques
2. La doctrine du « karma ».
3. Les doctrines du « nayavada » et du « syadvada ».
4. La doctrine de la voie de la libération.
5. Les doctrines éthiques.
CHAPITRE 2 PRÉCEPTES
1. La pratique de la religion.
  2. La valeur du contrôle de soi.
  3. La théorie du karma.
  4. La voie de la libération.
  5. Les règles de conduite.
  6. Les devoirs des ascètes.
  CHAPITRE 3 SON INFLUENCE

LES LEGS DE MAHAVIRA


CHAPITRE 1 LES DOCTRINES



2. La doctrine du « karma ».

Les principes fondamentaux de la philosophie jaïne comportent la doctrine du « karma ». Ces principes affirment que les âmes qui sont dans le monde le sont, depuis un temps immémorial, en association avec la matière. Naturellement, le caractère de cette association ou asservissement est librement et constamment changé, mais le fait et les raisons de cet asservissement persistent à travers tous ces changements. Cette association entraîne de nouveaux contacts et ainsi le cycle continue jusqu’à ce qu’elle soit rompue de façon que tout nouveau contact soit évité.

Le contact de l’âme avec la matière a lieu de cette façon. L’âme est entourée d’un grand volume de matière fine et subtile appelée « karma ». Lorsqu’elle essaye de faire quelque chose, instantanément les particules de matière s’accrochent à elle, exactement comme les particules de poussière collent au corps, quand il est enduit d’huile. Comme de l’eau dans du lait, ces particules sont complètement assimilées par l’âme et restent dans cet état tout au long de la vie et même dans ses migrations d’un corps dans un autre. Le lien entre l’âme et la matière est réel car, sinon, dans un état pur, l’âme aurait atteint le point le plus haut de l’univers, puisque l’âme est la plus légère de toutes les substances. Comme ce lien est dû au « karma » ou à l’activité de l’âme, la matière subtile qui est associée à l’âme est appelée du « karma ».

Ainsi, le « karma » est quelque chose de matériel qui produit certains effets sur l’âme, exactement comme une pilule pharmaceutique, lorsqu’elle est introduite dans le corps, produit à l’intérieur de nombreux effets. La matière karmique reste avec l’âme et l’asservit au circuit des naissances comme dieux, humains, diables de l’enfer ou êtres sous-humains. Comme la présence de la matière karmique dans l’âme est la cause du cycle des naissances et des morts et de toutes les formes de vie, l’âme doit être délivrée de cette matière. Pour cela, l’afflux de la matière karmique doit être arrêté, en cultivant des pensées et des actions pures, et le stock de matière karmique doit être épuisé, par la pratique des austérités religieuses. Alors, une fois les « karmas » complètement détruits, l’âme devient libérée, avec toutes ses qualités inhérentes totalement développées. Cette âme libérée et parfaite est dans une situation de bonheur infini et elle a d’autres qualités. Ce doit être, par conséquent, le but de tout individu de parvenir à cet état parfait et naturel de son âme, par ses efforts personnels. Sur ce plan, la philosophie jaïne affirme clairement que l’atteinte de la libération de l’âme de la matière karmique dépend entièrement de ses propres actions et non des faveurs d’êtres humains ou divins. De même que les substances éternelles interactives ( dravyas) postulées dans le Jaïnisme n’admettent pas de créateur, de même la loi inviolable du « karma » rend l’homme maître de son destin et rejette l’idée théiste favorite que quelque divinité accorde à l’homme des faveurs et des reproches.