Jainworld
Jain World
Sub-Categories of LE SAMAYASĀRA

 Préceptes sur les Êtres favorables

 Préceptes sur les Enseignements du Jina 
 Préceptes sur l’Ordre religieux   
 Préceptes sur l’Exposé scriptural
 Préceptes sur le Cycle des transmigrations
 Préceptes sur les Karmas
 Préceptes sur la Foi erronée
 Préceptes sur le Renoncement à l’attachement   
 Préceptes sur la Religion 

 Préceptes sur le Contrôle de soi

Préceptes sur la Non-possessivité
Préceptes sur la Non-violence
Préceptes sur la Vigilance
Préceptes sur l’Éducation
Préceptes sur l’Âme
Préceptes sur la Voie de la libération
Préceptes sur les Trois Joyaux
Préceptes sur la Foi juste 
Préceptes sur la Connaissance juste
Préceptes sur la Conduite juste 
Préceptes sur la Réalisation spirituelle
Préceptes sur les Deux voies de la religion
Préceptes sur la Religion des laïcs
Préceptes sur la Religion des moines
Préceptes sur les Vœux
Préceptes sur l’Attention et le Contrôle de soi
Préceptes sur les Devoirs obligatoires
Préceptes sur la Pénitence
Préceptes sur la Réflexion
Préceptes sur la Coloration de l’âme
Préceptes sur le Progrès spirituel
Préceptes sur la Mort sans passion
Préceptes sur le Fondamental
Préceptes sur la Substance
Préceptes sur l’Univers
Préceptes sur le Non-absolutisme
Préceptes sur la Connaissance valable
Préceptes sur les Points de vue
Préceptes sur la Théorie de la relativité et des sept  prédicats
Préceptes sur la Réconciliation ou la Synthèse
Préceptes sur l’Installation
Conclusion
Hymne à Mahavira

SAMANA  SUTTAM
(SHRAMANA  SUTRA)  
 

Deuxième Partie
LA VOIE DE LA LIBÉRATION

21.Préceptes sur la réalisation spirituelle (Sādhanāsūtra)

(288) On doit méditer sur son âme après avoir acquis le contrôle de son alimentation, de sa façon de s’asseoir et de dormir suivant les préceptes des Jinas, et avoir obtenu la connaissance par la grâce du précepteur.
(289) Etant devenu illuminé par la connaissance absolue, ayant abandonné l’ignorance et l’illusion, ayant mis fin à l’attachement et à l’aversion, on atteint l’émancipation qui est la forme du bonheur suprême.
(290) Le service dévoué accordé au précepteur et aux anciens, une esquive absolue de la compagnie des gens ignorants, l’étude de soi, la résidence solitaire, la bonne compréhension du sens des textes scripturaux, la patience, tout cela constitue le chemin de l’émancipation.
(291) Un moine observant les austérités et désireux de l’équanimité de sa pensée, doit consommer de la nourriture limitée et sans objection (pure), avoir un compagnon intelligent qui connaît bien le sens des écritures et choisir un lieu retiré pour son abri et pour sa méditation.
(292) Les personnes qui ont un régime alimentaire sain, contrôlé et frugal n’ont pas besoin de médecins pour les soigner ; ce sont leurs propres médecins (c’est-à-dire qu’ils restent en bonne santé et purs).
(293) On ne doit pas consommer des mets savoureux en trop grande quantité, car les mets délicieux normalement stimulent la luxure chez une personne. Les personnes dont les désirs charnels sont stimulés sont dérangées mentalement, comme des arbres chargés de fruits savoureux fréquemment infestés d’oiseaux.
(294) Une maladie traitée par un médicament ne réapparaît pas ; de même, de sages ennemis comme l’attachement ne dérangent pas l’esprit d’un moine qui a un lit ou un siège dans un endroit solitaire, qui se nourrit peu et qui contrôle ses sens.
(295) On doit pratiquer la religion bien avant que la vieillesse ennuie, une maladie ne s’aggrave et les sens deviennent faibles.